Mécénat

 

  • Depuis des années, Nicolas Despagnes et son épouse Corinne nous ouvrent les portes de Maison Blanche. Nous y répétons un samedi par mois. 
    Qu’ils en soient ici très chaleureusement remerciés.

nicolas despagnes

Nous avons découvert avec eux le monde mystérieux du vin.  Leur combat en faveur de l’agriculture biologique nous a séduites.

Aussi avons-nous décidé de partager leur histoire avec vous … Ecoutons Nicolas Despagnes  …

  • Les terres de Maison Blanche sont foulées par l’homme depuis longtemps, fort longtemps, bien avant qu’elles ne soient connues sous ce nom. 

    La voie gallo-romaine de Bordeaux les traversait et conduisait à Lucaniacus, la toute proche villa du proconsul et poète Ausone. Mille ans plus tard, à la fin du moyen-âge, elles dépendaient de la vaste seigneurie de Corbin. Bernard Constant, propriétaire et négociant à Libourne, acquiert une partie de ces terres et, en 1838, la partage entre ses enfants. Marie reçoit La Métairie du Château Petit Corbin, au centre duquel elle fait construire une élégante maison de maître en pierres blanches. Maison Blanche est née…

    Nathalie et Nicolas ont rejoint les vignobles familiaux respectivement en 1994 et 1995. Ils sont associés à la direction de l’exploitation jusqu’en 2003, date à laquelle ils deviennent majoritaires et Nicolas co-gérant. Après les vendanges 2005, ils prennent la décision de convertir tous leurs vignobles à l’agriculture biologique. 2006 sera, donc, le premier millésime de l’aventure et c’est 2009 que seront faits les premiers « vins issus de raisins de l’agriculture biologique » certifiés par Écocert, selon la formule consacrée. 2009, c’est, aussi, la date à laquelle Gérard et Françoise se retirent et règlent leurs successions : Maison Blanche, Gravier Figeac et La Rose Figeac deviennent les propriétés de Nathalie (Pomerol) et Nicolas (Saint-Émilion et Montagne Saint-Émilion), qui les exploitent par le biais d’une société familiale, les Vignobles Despagne-Rapin, dont ils sont, désormais, les seuls associés.

  •  etiquette_maisonblanchePour être commandée, la nature doit être obéie (Francis Bacon) 

    « Notre vision du monde, de la vie et du vin est traditionnelle. Sans doute est-ce parce que nous sommes les héritiers d’une longue histoire familiale. Et, aussi, parce que celle du vin est encore plus longue… autrement plus longue ! Se relier à la Tradition signifie, simplement, que nous nous définissons comme le maillon d’une chaîne qui est née avec la vie et qui a montré sa force puisqu’elle a triomphé de tous les obstacles et s’est transmise jusqu’à nous sans une seule rupture.

    Nombreux sont nos contemporains qui croient, encore, que l’homme domine, désormais, la Nature. Nous n’en croyons rien. Entendons-nous sur les termes.  La terre d’un lieu c’est son sol et son sous-sol : constitution, nature, strates, etc. Le terroir d’un lieu c’est le mariage de la terre et de l’air, c’est à dire l’union unique entre le Haut et le Bas, comme diraient les hermétiques : la latitude, l’exposition, les vents, etc.

    La sagesse consiste à adopter le terroir et à s’adapter à lui et non l’inverse. Le terroir c’est ce qui échappe à l’homme, dont toute l’action devrait tendre à le révéler. Même si nous avons commencé d’alléger l’empreinte chimique sur nos terroirs, peu avant le tournant du siècle, c’est très exactement depuis l’automne 2005 que nous n’utilisons plus de molécules de synthèse sur l’ensemble de nos vignobles ; leurs sols et sous-sols sont enherbés, semés ou travaillés (disqués, griffés, sarclés, etc.) et, donc, pas désherbés chimiquement ni enrichis d’engrais issus de l’industrie chimique. C’est à ce moment que les trois hectares de Maison Blanche, qui bénéficiait de pulvérisations bio-dynamiques depuis 2001, ont été étendus à onze hectares. Depuis l’automne 2011, tous nos vignobles ont été convertis à la bio-dynamie.

  •  Vignes & Raisins

    Nos vignes ont été plantées entre 1943 et 1964, pour près des deux-tiers, nous permettant d’échapper, en partie, à la logique de la pensée unique dont l’expression viticole est le plant cloné-certifié qui tue la diversité. Afin de préserver la diversité génétique de Maison Blanche, et envisager l’avenir avec plus de sagesse, nous venons de commencer une sélection des plus beaux pieds en vue de constituer une pépinière privée. Quant aux traitements contre les diverses maladies dont peut souffrir la vigne, ils ne contiennent plus, depuis l’automne 2005, que des matières naturelles, cuivre et soufre principalement, que la plante et la terre peuvent dégrader et assimiler.

    Les raisins, certifiés biologiques (AB) depuis le millésime 2009, sont vendangés mûrs ; ni verts (ils donnent des vins acides et aux goûts végétaux qui étaient parmi les principaux défauts des mauvais vins d’autrefois) ni blets (ils donnent des vins confiturés, sensibles aux déviations et sans tenue dans le temps, qui sont les défauts des « bons » vins modernes !), et à la main, sauf ceux des parcelles récentes qui constituent la base des seconds vins. »

 RAPIN AND CO